Concours résistance/déportation 05-06
+ 0 - ACCUEIL
+ 1 - INTRODUCTION
+ 2 - DISSIDENTS ET PASSEURS 972
+ 2.1 - Situation géographique de la Martinique
+ 2.2 - Contexte historique pendant la 2nde guerre mondiale
+ 2.3 - Départ en dissidence
 -  2.4 - Contribution des ruraux au départ
+ 2.5 - Destins de dissidents
+ 3 - CHANT HOMMAGE AUX DISSIDENTS
+ 4 - LE GOMMIER
+ 5 - CONCLUSION
+ 6 - REMERCIEMENTS
+ 7 - ANNEXES
+ Lycée Saint-James

2.4 - Contribution des ruraux au départ - j - Arrivée en Dominique

dominiquecachacrou.jpg

L'ARRIVEE EN DOMINIQUE

 

Après un tel voyage, ceux qui touchaient terre croyaient atteindre le paradis. La majorité des dissidents ont choisi comme destination la Dominique : sur l’échantillon de 521 évadés, elle est nommée 310 fois contre 36 pour Sainte-Lucie.

Les pêcheurs abordaient les côtes de l’extrême Sud de la Dominique : ils connaissaient les plages, les criques tranquilles où un débarquement pouvait avoir lieu, entre le village de Soufrière et Bérékua.

Messieurs BAUDE et PAIN ont été débarqués à CACHACROU (Scotts Head Village), petit village de pêcheurs vers 6 heures du matin. M. PAIN se souvient que c’était un dimanche et que les habitants se rendaient à la messe. Les dissidents débarqués, les pêcheurs repartent aussitôt ou vont s'approvisionner.

Les Dominicais ont bien accueilli les dissidents surnommés les Frenchies. Ils leur ont bien souvent donné à boire et à manger car des liens très forts unissent les deux îles : liens créés par l’Histoire et la proximité, les échanges économiques et le partage d’une même langue, le créole.

Les Martiniquais sont transportés dans la journée vers la capitale ROSEAU au quartier des FFL (Forces Françaises Libres) où ils sont interrogés par le représentant de DE GAULLE sur place, le Colonel PERREL (nom de code). Après avoir passé la visite médicale (M. PAIN évoque la présence de beaucoup de médecins américains, JORITE Paul est déclaré inapte), les dissidents signaient un engagement de volontaire pour la durée de la guerre plus six mois.

M. PAIN et les frères JORITE sont installés tous les trois chez les demoiselles FORD.

M. BAUDE, qui parlait anglais, se souvient avoir été hébergé par un dénommé MIGIRAY pendant deux mois.

 

Après, il fallait attendre le passage d’un navire de transport de troupe américain qui devait les convoyer aux Etats-Unis.

 

Ceci n’était que la première étape de leur périple qui devait les conduire sur les champs de bataille d’Afrique du Nord, d’Italie et de France.

 

 

plagecachacrou.jpg

Plage de Cachacrou

Photo prise par la Tle MDC en mai 2006

 

 

page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10


Date de création : 24/04/2006 ° 16:49
Dernière modification : 08/07/2006 ° 21:25
Catégorie : 2.4 - Contribution des ruraux au départ
Page lue 8 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL