Concours résistance/déportation 05-06
+ 0 - ACCUEIL
+ 1 - INTRODUCTION
+ 2 - DISSIDENTS ET PASSEURS 972
+ 2.1 - Situation géographique de la Martinique
+ 2.2 - Contexte historique pendant la 2nde guerre mondiale
+ 2.3 - Départ en dissidence
 -  2.4 - Contribution des ruraux au départ
+ 2.5 - Destins de dissidents
+ 3 - CHANT HOMMAGE AUX DISSIDENTS
+ 4 - LE GOMMIER
+ 5 - CONCLUSION
+ 6 - REMERCIEMENTS
+ 7 - ANNEXES
+ Lycée Saint-James

2.4 - Contribution des ruraux au départ - f - Communes de départ

LES COMMUNES DE DEPART - D'OU PARTAIENT-ILS ?

« Pour aller à Sainte-Lucie, il faut nécessairement embarquer par la côte Sud-Ouest de la Martinique, entre les Anses d’Arlet et Sainte-Anne. Partir de la rade de Fort-de-France était trop risqué car elle était surveillée [ M. Henri JOSEPH est parti de la Pointe des Nègres].

Pour ceux qui choisissaient la Dominique, le choix était plus vaste : toute la côte Nord, de Trinité au Carbet était propice. Au Sud du Carbet, on s’éloignait trop de la Dominique, ce qui augmentait la durée du voyage et donc les dangers encourus.

cartemartinrevue.jpg

Observons le cas particulier de Grand-Rivière qui géographiquement présente le même intérêt que le Précheur par sa proximité avec la Dominique. Les relations avec l’île voisine y sont de tradition et la contrebande y a été active pendant toute la guerre. Cependant, les approches du port défendues par une forte barre, se révélaient délicates pour qui n’était pas accoutumé à cet endroit. Des courants violents s’y produisent qui peuvent jeter les barques sur les récifs ou les falaises voisines » (Les dissidents des Antilles - L. ABENON et H. JOSEPH)

Concernant la contrebande, M. JEAN-BAPTISTE nous a appris qu’après deux ans de contrebande qu’il a pratiqué avec son frère aîné, le grand propriétaire terrien ( Béké) possédant une distillerie dans la région, M. DE FOSSARIEU, en très bon terme avec l’Amiral ROBERT a obtenu un accord de libre commerce, après une émeute entre la population, les gendarmes et les douaniers à cause de la pénurie.

video.gif (Monsieur JEAN-BAPTISTE raconte l'émeute contre les douaniers à Grand-Rivière)

video.gif (Monsieur JEAN-BAPTISTE : à la suite de l'émeute, la fin de la contrebande et l'accord de libre commerce)

Les pêcheurs pouvaient alors aller se ravitailler librement en Dominique. Au retour, ils devaient déclarer les marchandises au poste de douane qu’on avait créé et payer des taxes. Ils achetaient du rhum et du sucre à l’usinier qu’ils échangeaient à la Dominique contre des vivres, du savon, du tissu… Certains qui continuaient secrètement l’activité de passeurs, utilisaient l’argent des dissidents pour s’approvisionner.

Comment atteindre le point de rendez-vous avec le passeur ?

M. HELENON nous a raconté qu’il est parti de Fort-de-France où il habitait, habillé en scout pour ne pas éveiller les soupçons, comme s’il se rendait en exercice à la campagne. Il a embarqué sur le MOUTET, un bateau qui assurait la liaison avec la côte caraïbe. Il est descendu à Saint-Pierre et a fait à pied le trajet le conduisant au Prêcheur d’où il est parti.

M. PAIN a lui aussi marché à pied de Fond-Saint-Denis au Prêcheur.

A cette époque, il y avait très peu d’automobiles, les gens des campagnes circulaient à pied puis prenaient les navettes maritimes. De plus, il n’y avait plus de carburant à cause du blocus. Pour éviter, les interrogatoires des gendarmes et les soupçons, M. PAIN nous a dit qu’il fallait éviter de se rassembler, de former des groupes ou de circuler en bande. De plus, il y avait le couvre-feu à partir de 18 heures..

Témoignage de Monsieur PAIN :

Fernand PAIN, JORITE Sainville et JORITE Paul quittent Fond Saint Denis au petit matin en cachette, sans rien dire à leurs parents et amis ( par peur d’éventement du projet ou de désaccord des parents), et rejoignent à pied Saint-Pierre, qu’ils atteignent en milieu de matinée du samedi. Ils font ensuite route, toujours à pied, vers le Prêcheur dans l’après-midi. Ils se rendent au domicile du passeur, M. BOURG et lui remettent l’argent. Ils vont y rester jusqu’à leur départ le soir.

page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10


Date de création : 24/04/2006 ° 14:08
Dernière modification : 03/06/2006 ° 17:06
Catégorie : 2.4 - Contribution des ruraux au départ
Page lue 13 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL