Concours résistance/déportation 05-06
+ 0 - ACCUEIL
+ 1 - INTRODUCTION
+ 2 - DISSIDENTS ET PASSEURS 972
+ 2.1 - Situation géographique de la Martinique
+ 2.2 - Contexte historique pendant la 2nde guerre mondiale
+ 2.3 - Départ en dissidence
 -  2.4 - Contribution des ruraux au départ
+ 2.5 - Destins de dissidents
+ 3 - CHANT HOMMAGE AUX DISSIDENTS
+ 4 - LE GOMMIER
+ 5 - CONCLUSION
+ 6 - REMERCIEMENTS
+ 7 - ANNEXES
+ Lycée Saint-James

2.4 - Contribution des ruraux au départ - h - Départ - Traversée du Canal

LE DEPART - LA TRAVERSEE DU CANAL

 

Les départs se faisaient au Précheur, du lieu dit La Saint-Pierre ( La Sin Piè), au quartier les Abymes, à la sortie Nord du bourg.

Ils se faisaient aussi de l’Anse Céron, une plage excentrée, à quelques kilomètres du bourg. Messieurs BAUDE et PAIN sont partis de là.

nordmartinique.jpg

 

Carte du nord de la Martinique localisant les lieux de départ

La St-PIerre et Anse Céron au Prêcheur et Grand-Rivière

panoramiqueceron.jpg lastpie.jpg

Photo panoramique de la plage de l'Anse Céron avec         Lieu-dit "La Saint-Pierre" (La Senpiè) au quartier Abymes

vue sur l'îlet la Perle et l'île de la Dominique au large.         au Prêcheur.

video.gif (extrait vidéo de Mme MAITREL) video.gif (La Saint-Pierre)

Voici comment Mr PAIN a vécu son départ :

« Le matin, le patron pêcheur a équipé son canot, un gommier, comme pour aller à la pêche, avec rames, voile, agrêts et matériel de pêche (hameçons et lignes) afin de se justifier auprès des autorités s’il était arrêté au retour de la Dominique. Puis, il va le cacher à l’Anse Céron : le gommier est tiré au sec sur la plage et camouflé sous des branchages de cocotier.

Le soir, avec le patron et son matelot, nous avons quitté le Prêcheur à pied et regagné l’Anse Céron.

Mais, au moment où on s’apprêtait à mettre l’embarcation à l’eau, on a aperçu la puissante lumière du projecteur du patrouilleur le Barfleur qui balayait la côte. Nous nous sommes cachés dans les bois proches et avons attendu. Quand le Barfleur fit route vers Saint-Pierre et Fort-de-France, nous avons poussé le canot à l’eau et embarqué : il était minuit trente.»

boisplage.jpg

Sous-bois de l'Anse Céron, la végétation permettait aux

dissidents de se cacher.

 

A Grand-Rivière, les pêcheurs embarquaient parfois les dissidents à la crique de Fond-Potiche avant le bourg ou bien sur la plage du bourg, cela dépendait de la surveillance des douaniers.

cotegrandriviere.jpg

Côte de Grand-Rivière: petits creux, mer belle aujourd'hui.

 

Comment se passait la traversée du Canal ?

Le voyage durait toute la nuit. Mr BAUDE parle d’un cauchemar car il y avait mauvais temps et qu’il a du écoper toute la nuit.

Mr HELENON nous a raconté qu’il n’a jamais eu aussi peur de sa vie : il est resté agrippé à la banquette en bois du gommier (tot) pendant toute la traversée. Il était tellement ankylosé et pétrifié par ce qu’il avait vécu qu’on a dû le sortir du canot et le transporter à terre, accroché à son banc.

Il faut se souvenir que si le gommier a l’avantage d’être léger et très maniable, il a l’inconvénient d’être dépourvu de quille et est donc assez instable sur l'eau ; il est par conséquent très sensible à la houle. De plus, il n’est pas ponté : aussi, les passagers voyagent à l’air libre, sans protection des embruns et des paquets d’eau de mer.

page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

 



Date de création : 24/04/2006 ° 15:48
Dernière modification : 05/07/2006 ° 22:22
Catégorie : 2.4 - Contribution des ruraux au départ
Page lue 5582 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL